Un miroir : objet chiné 

 

 

 

Il y a peu de pièces que je convoite longtemps pour ma maison. Beaucoup d’entre elles vont et viennent, et semblent être une tendance passagère. L

Les miroirs ne sont pas des objets de rêve amis ils sont parfois très chers. Alors, que doit faire une fille ? Eh bien, tenter de fabriquer sa propre version, bien sûr…

 

C’est un projet que j’ai envie de faire depuis un certain temps maintenant, en fait. Mais le défi de trouver toutes les pièces et de les assembler me semblait un peu décourageant. Nous voulions que le nôtre soit davantage un projet de week-end.

 

Méthode 

 

 Une entreprise que j’aime aussi depuis de nombreuses années, et contrairement à ces miroirs ils ont déposé des colis à ma porte à plusieurs reprises. Cette fois, le paquet est venu avec un défi. Un cri de guerre pour prendre les armes (ou de la peinture en bombe) et s’atteler à des tâches salissantes. J’ai jeté mes chaussures de chasse au trésor, et je me suis dirigée vers le magasin d’occasion pour m’attaquer à ce miroir fait maison!

 

Puisque les produits method sont biodégradables, fabriqués à partir de matériaux recyclés et 100% recyclables – je me suis dit qu’il était tout à fait approprié de m’attaquer à une création lui aussi  » recyclé « . Après avoir passé une heure dans les allées des magasins d’occasion et des magasins vintage locaux, je suis repartie avec de nombreux objets aléatoires. Mes trouvailles préférées étaient la lune en bois (arrachée à un vieux serre-livres) et le porte-encens égyptien qui devait, malheureusement, être cassé pour s’adapter au miroir. J’ai sélectionné un miroir plus petit avec une surface suffisante pour y coller des objets.

 

J’ai ensuite entrepris de mettre ma méthode à profit : j’ai essuyé chaque achat poussiéreux avec un peu de nettoyant tout usage (remplaçant cette belle odeur de friperie par du pamplemousse !).

 

Après avoir ramené tous les objets chinés au studio, j’ai rapidement réalisé que j’aurais besoin de compléter un peu. J’ai acheté des boules et des plaques en bois non fini au magasin d’artisanat, ainsi que quelques étoiles en bois, des serpents en caoutchouc et des scorpions en plastique). J’ai également fait le tour des magasins de récupération locaux pour trouver des cristaux de lustre en plastique pour tapisser les bords du miroir.

 

Puis nous avons tout disposé. J’ai aimé le thème qui a émergé ici. 

Il est temps de passer à l’action.

 

Nettoyage et accrochage

 

Après cela, il était temps de pulvériser. Et de pulvériser. Et de vaporiser encore…

Une fois que nous avions les objets (et mes doigts) complètement blancs, nous avons tout reposé pour voir exactement où nous voulions placer les objets avant de les coller ! J’ai utilisé une combinaison de colle chaude (pour certains des objets plus petits ou inégaux) et de colle gorille pour les objets plus lourds.

Puis est venue la meilleure partie : la remettre en place ! Plus de pulvérisation (du genre non toxique) pour nettoyer ce miroir, et mes beaux objets étaient prêts à briller…

 

Retour en arrière une seconde cependant parce que je sais que vous vous demandez ce qui est arrivé à ma déesse égyptienne ici. J’ai carrément utilisé l’ argile à séchage le plus rapide que j’ai pu trouver pour la remplir, puisque nous étions pressés par le temps. Puis nous avons ajouté quelques feuilles en plastique peintes à la bombe et, voilà. Elle était toute recouverte.

Et maintenant ? J’ai une pièce d’art vraiment unique exposée au studio ! 

Table des matières

Articles récents