Quelques réflexions concernant la politique des agents immobiliers- NotoriousROB

#
##MD## J’ai récemment eu le privilège d’assister à un événement en Californie du Sud avec la Pacific West Association of REALTORS(r) au cours duquel un législateur de l’État de Californie a parlé des problèmes auxquels l’État était confronté. Les questions posées par les courtiers présents étaient très intéressantes, allant des problèmes de taxes foncières à la question de savoir si les courtiers allaient payer les salaires … Lire la suite#/MD##
 

 

 

 

J’ai récemment eu le privilège d’assister à un événement en Californie du Sud avec la Pacific West Association of REALTORS(r) au cours duquel un législateur de l’État de Californie a parlé des problèmes auxquels l’État était confronté. Il y avait quelques Q&A vraiment intéressants avec les courtiers présents, sur les questions d’impôt foncier, les charges sociales ou l’assurance accidents du travail pour leurs agents.

Mais à la lumière de deux choses que j’ai lues plus tôt aujourd’hui, je commence vraiment à me demander si l’idée de « questions immobilières » n’est pas trop étroite. Peut-être que ce que la NAR, les associations étatiques et locales, et tous ceux qui s’intéressent à la politique liée au logement ont besoin de faire, c’est de repenser sérieusement ce qui constitue exactement les questions politiques pertinentes pour les REALTORS.

 

Des éléments apparemment sans rapport et pourtant…

 

Comme le montre un brillant article d’Andrew Martin dans le New York Times  les collecteurs de dettes privées sous contrat fédéral, plus impitoyables que jamais, traquent les étudiants fauchés et même handicapés qui ne respectent pas leurs obligations en matière de prêts étudiants au fil des décennies de leur vie. Le titre du billet est « La guerre d’Obama contre les jeunes », l’auteur est très clairement orienté dans un sens du dialogue politique :

“Ce n’est pas un problème mineur dans la vie américaine. Aider les jeunes à faire la transition de la dépendance à l’âge adulte responsable est une tâche essentielle. Quand les jeunes sont tellement écrasés par la dette qu’ils retardent des décisions comme fonder une famille ou acheter une maison, alors on peut dire que le système ne fonctionne pas bien. Lorsqu’un nombre croissant de jeunes sont écrasés par des dettes, qu’ils ne peuvent pas payer et dont ils ne peuvent pas se libérer, on peut aussi dire la société est assise sur une bombe à retardement. Une génération de bons à rien aigris et de cyniques appauvris en colère n’est pas la meilleure base pour une société libre et ouverte”.  Un article d’opinion sur le système brisé des prêts étudiants, finit par faire ressortir le fait que les jeunes ne peuvent pas acheter de maisons quand ils ont des prêts étudiants massifs à rembourser. Pire, étant donné qu’ils sont fauchés, ils ne se marient pas et ils n’achètent pas de maisons à cause des charges financières. Un vrai cercle vicieux. De ce fait, les programmes de prêts étudiants finissent par avoir un impact direct sur l’AGENT IMMOBILIER.

 

Le deuxième élément apparemment sans rapport provient d’un  rapport du Manhattan Institute sur les changements démographiques en Californie. La conclusion des auteurs est que la Californie est passée d’un récepteur de migration à un émetteur, c’est-à-dire qu’il y a plus de gens qui quittent la Californie que de personnes qui s’y installent : “Pendant des décennies après la Seconde Guerre mondiale, la Californie était une destination pour les Américains à la recherche d’une vie meilleure. Dans l’esprit de beaucoup de gens, il s’agissait d’un État prospère avec plus d’espace,  de soleil et d’opportunités. La Californie a alors connu une croissance spectaculaire (sa population a augmenté de 137 % entre 1960 et 2010). Cependant, cet âge d’or est terminé.  Depuis 1990, l’État a perdu près de 3,4 millions de résidents à cause de cette migration.

 

« Les données révèlent également les motifs qui poussent les individus et les entreprises à quitter la Californie. L’une d’entre elles, bien sûr, est le travail. Les États où le taux de chômage est faible, comme le Texas, attirent les gens. La fiscalité semble également être un facteur, notamment parce qu’elle contribue au climat des affaires et, par conséquent, à l’emploi. La plupart des États de destination privilégiés par les Californiens ont des impôts moins élevés. Les États qui ont le plus gagné aux dépens de la Californie sont considérés comme ayant un meilleur climat d’affaires. Les données suggèrent que de nombreux facteurs de coûts – les impôts, les réglementations, le prix élevé des logements et de l’immobilier commercial, l’électricité coûteuse, le pouvoir des syndicats et les coûts élevés de la main-d’œuvre – incitent les entreprises à s’installer en dehors de la Californie, contribuant ainsi à l’exode.

 

La politique des REALTORS, reconsidérée

 

Beaucoup de facteurs, qui ne concernent pas directement les REALTORS affectent le marché du logement d’une manière ou d’une autre. Comme les nouvelles réglementations environnementales, les nouveaux contrats des enseignants aussi. (Je veux dire, il ne fait aucun doute que la qualité de l’école a un impact considérable sur la valeur des maisons, non ?), les réglementations de zonage ou encore les régimes de droits de mutation… 

 

Nous savons que la NAR prend position sur des sujets tels que la déduction des intérêts hypothécaires, la règle des prêts hypothécaires résidentiels qualifiés ou les politiques concernant Fannie/Freddie/FHA. Concernant les grands débats d’idées telles que Obamacare, les dépenses liées aux droits, les déficits des pensions étatiques/locales, les syndicats publics, la NAR ne s’est pas engagée. 

 

Par extension, les associations étatiques et locales devraient-elles élargir leur définition de ce qui est et n’est pas une question immobilière ? Il me semble qu’en dehors de certaines débats purement sociaux – les questions comme l’avortement, le mariage gay (bien que, je suppose que vous pourriez en faire un argument pour des raisons de logement = plus de mariage = plus d’achats de maisons), aurait un impact sur l’immobilier et le logement d’une manière ou d’une autre.

 

Voici donc une question pour mes lecteurs actifs dans la politique REALTOR, que ce soit en tant que bénévoles, en tant que contributeurs au RPAC, ou autre : À quel point la défense politique REALTOR devrait-elle être large ou étroite ? Pourquoi ?

 

On m’a déjà qualifié de « révolutionnaire dans un très beau costume ». Les gens se demandent souvent ce que je fais dans la vie, car j’ai la témérité de ne pas parler de mes clients et du travail que je fais pour eux. Il suffit de dire que je fais du travail de stratégie pour certaines des plus grandes organisations et entreprises de l’immobilier, ainsi que pour certaines des plus petites start-ups et équipes d’agents, mais uniquement sur des projets qui m’intéressent avec de grandes implications pour réformer cette merveilleuse, folle, aimable mais frustrante industrie immobilière qui est la nôtre.

 

 

 

 

 

 

.

Table des matières

Articles récents