Pourquoi les jardiniers doivent être tournés vers l’extérieur

 

Le jardinage à domicile est souvent une activité solitaire. Un jardin peut fournir un endroit reposant pour échapper au stress et aux contraintes du monde extérieur. Un jardin réussi peut être un système en circuit fermé, qui ne nécessite aucun apport extérieur et ne produit aucun déchet. Le jardinage est également un moyen clé de reprendre le contrôle et de retirer notre soutien aux systèmes nuisibles.

Mais il est important, lorsque vous jardinez, de ne pas devenir trop isolé ou replié sur lui-même. Aujourd’hui, j’ai pensé partager certaines des raisons pour lesquelles les jardiniers doivent être plus tournés vers l’extérieur et devraient penser au-delà de leurs propres frontières pour inclure le paysage plus large, la communauté plus large et le monde plus large pour un jardinage écologique.

 

Je vous invite à lire aussi cet article bretagne-durable.

 

Un état d’esprit tourné vers l’extérieur est important dans la conception des jardins

 

La première chose à considérer est que chaque jardin, peu importe sa taille, n’est pas une île. Il fait partie d’un écosystème plus vaste et d’un terrain plus vaste. Lorsque nous planifions et entretenons nos jardins, nous devons penser au climat, comme le soleil, le vent et l’eau. Nous devons partir de schémas plus larges avant de progresser dans les détails.

 

S’assurer qu’un jardin a une « conversation » avec le paysage et la végétation environnants est important pour en faire un espace favorable à la faune.

 

 Votre jardin pourrait prolonger un corridor pour la faune où il est crucial de créer des voies d’accès aux jardins voisins à travers les limites.

 

Penser à ce qui se trouve au-delà des frontières du jardin est également important d’autres manières. Par exemple, la conception peut être influencée par la nécessité d’atténuer le bruit et la pollution d’une route très fréquentée à proximité. Améliorer l’intimité nécessite d’examiner la ligne de vue depuis les voies d’accès et les bâtiments environnants.

 

En termes de conception et d’esthétique, regarder au-delà de votre jardin peut également aider à créer l’espace le plus attrayant visuellement. Dans le concept de « paysage emprunté », nous attirons, réagissons et utilisons ce que l’on peut voir à l’extérieur de l’espace. 

 

La résilience exige une vision plus large et globale

 

Rester trop replié sur soi dans un jardin peut entraver les efforts visant à renforcer la résilience. Afin de devenir plus autonomes, nous devrions tous chercher près de chez nous la plupart des choses dont nous avons besoin. Mais il est également important d’adopter une vision plus large, une vue d’ensemble. Sans comprendre le contexte plus large de nos quartiers, de nos communautés et de nos bio régions, nous ne pouvons pas espérer trouver un endroit vraiment sûr et stable en leur sein.

 

Nous devons voir nos jardins non seulement comme des espaces autonomes, mais comme faisant partie de tout un écosystème, se joignant aux jardins voisins et à d’autres espaces pour construire une résilience plus large qui, en fin de compte, profite à tous. Comprendre la position et le rôle d’un jardin dans un contexte plus large peut aider les jardiniers à approfondir leurs connaissances de l’écologie et du monde naturel, ce qui est essentiel pour un avenir plus durable et éclairé. 

 

La coopération est la clé du jardinage durable

 

En plus de voir nos jardins dans le contexte de l’environnement naturel plus large, il peut également être utile de voir nos jardins, et nous-mêmes en tant que jardiniers, comme faisant partie d’un réseau sociétal plus large. Nous pouvons accomplir beaucoup de choses en tant qu’individus. Mais en travaillant ensemble avec d’autres jardiniers, et d’autres personnes dans nos communautés, nous pouvons aller au-delà et réaliser beaucoup plus. 

 

En nous associant à d’autres jardiniers, en partageant nos connaissances et nos compétences, en échangeant des graines, des plantes et des produits, nous pouvons aller au-delà de la résilience individuelle et stimuler la résilience de nos communautés. Grâce à la coopération, nous pouvons réduire notre dépendance à l’égard de systèmes externes nuisibles et gérer nos propres jardins de manière plus durable. Par exemple, en partageant les graines, les boutures et les plantes, nous réduisons la consommation, ce qui permet d’acheter moins de plantes dans des pots en plastique et de briser la dépendance horticole à la tourbe.

 

Les jardiniers doivent voir les problèmes mondiaux pour aider à les résoudre

 

Enfin, en regardant vers l’extérieur, les jardiniers peuvent mieux comprendre les problèmes mondiaux et aussi voir plus clairement comment ce qu’ils font dans leurs jardins peut avoir des effets profonds et de grande portée. Comme nous le disons souvent dans les cercles durables, tous les problèmes du monde peuvent être résolus dans un jardin.

 

Comprendre les problèmes mondiaux comme le changement climatique, la perte de biodiversité, etc. signifie que les jardiniers peuvent acquérir une connaissance plus approfondie de leur impact en tant qu’individus, à la fois négatif et positif. Ils apprennent à atténuer et à s’adapter, et à employer des pratiques qui font d’eux une partie de la solution, plutôt qu’une partie du problème.

 

Le jardinage est souvent une activité solitaire, mais ce n’est certainement pas une activité égoïste. Nous pouvons tous nous assurer qu’en tant que jardiniers, et plus largement en tant qu’humains, nous regardons au-delà de nos propres bulles et comprenons plus clairement nos positions en tant que partie de l’ensemble.

Table des matières

Articles récents